Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La récente libération de l’instigateur de nombreux crimes contre le peuple chaviste, le putschiste Leopoldo López, a été le fruit d'un gros travail de la part des agents de la droite espagnole dirigés par Mariano Rajoy lui-même avec la collaboration de l'ex président Rodríguez Zapatero.

 

Ce n'est pas par hasard si la première information donné par la presse internationale sur la décision de sortir López de prison l'a été par le journal monarchiste espagnol ABC et si ensuite, Rajoy lui-même a manifesté sa « satisfaction » au sujet de cette mesure prise par le Tribunal Suprême de Justice (TSJ) du Venezuela.

 

Les ex-présidents Leonel Fernández (République Dominicaine) et Martín Torrijos (Panamá) ont travaillé et fait pression pour que López rentre chez lui. Ce travail, qui a débuté en mai de l'année dernière et a été l'objet de critiques à cause de l'absence de résultats immédiats s'est poursuivi discrètement après l'échec des conversations entre le Gouvernement de Nicolás Maduro et l'opposition vénézuélienne fin 2016. Zapatero, qui est revenu au Venezuela cette semaine, a eu ces derniers mois, 3 réunions décisives avec López à la prison de Ramo Verde.

 

A 2 occasions, l'ex-chancelière Delcy Rodríguez l'a accompagné et 1 fois, son frère Jorge Rodríguez, maire de la municipalité Libertador de Caracas s'est joint à eux. Ce sont 2 personnalités très importantes du régime. La possibilité d’appliquer la mesure d'assignation à résidence a été Envisagée début avril.

 

Zapatero a aussi, dans un communiqué, remercié « le Gouvernement de l'Espagne pour le soutien officiel qu'il lui a apporté. » Le chef du Gouvernement, Mariano Rajoy, avait discuté avec lui et était informé de la sortie de prison de Leopoldo López. « Bien que, » a-t-il déclaré à Hamburg où il participait au sommer du G-20 « il n'avait, comme tout le monde, ni la date ni l'heure exacte. » Rajoy a reconnu le travail de l'ex-président et a assuré qu'il « a contribué » à la sortie de prison du dirigeant de l'opposition bien qu'il ait considéré comme insuffisante la concession faite par le chavisme.

 

Leopoldo López est finalement sorti de prison pour (dit le TSJ) « raisons de santé, » un prétexte auquel très peu de gens croient et que l'avocat de López lui-même a démenti. L'homme qui est l'un des pires conspirateurs d'extrême-droite contre le Gouvernement légitime de Maduro a profité de ses premières heures « chez lui » pour ratifier sa décision de continuer à lutter « contre le régime » et a continué en convoquant ses partisans (les violents mêmes qui ont assassiné et brûlé vifs des Chavistes et détruit de nombreuses installations du Gouvernement) à continuer à se mobiliser.

 

Pour le Gouvernement chaviste, cette décision du TSJ pourrait être une opportunité pour calmer l'opposition mais en fait, la plupart des organisations populaires ont accepté cette décision à contre-cœur « pour la paix » et pour les élections à la Constituante. Cependant, certains analystes pensent que l'opposition peut voir cette mesure comme une victoire et augmenter la pression dans la rue.

 

Traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos

 

Source en espagnol :

http://www.resumenlatinoamericano.org/2017/07/09/venezuela-rodriguez-zapatero-y-rajoy-detras-de-la-prision-domiciliaria-del-genocida-leopoldo-lopez/

 

URL de cet article :

http://bolivarinfos.over-blog.com/ 2017/07/venezuela-rodriguez-zapatero-et-rajoy-derriere-l-assignation-a-residence-de-leopoldo-lopez.html

 

Partager cet article

Repost 0