Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

(Avec des informations de Prensa Latina), 29 janvier 2017

 

Le journaliste José Vicente Rangel a déclaré aujourd'hui que l'opposition garde une attitude hésitante et timorée concernant le dialogue politique avec le Gouvernement du Venezuela par peur des réactions des extrémistes de droite vénézuéliens et étrangers.

 

 

Selon lui, les négociations Gouvernement-opposition pour l'ordre démocratique et le développement économique du Venezuela ne fonctionne pas par la faute des acteurs politiques de droite « qui, s'ils reviennent s'asseoir, perdront le soutien de leurs militants et des hommes politiques les plus radicaux. »

 

 

La MUD (Table de l'UNité Démocratique, une coalition de partis d'opposition) refuse le dialogue organisé par l'exécutif par peur des acteurs extrémistes qui veulent le pouvoir pour imposer leurs lois et spolier les richesses du pays, a-t-il réaffirmé dans son émission « José Vicente Aujourd'hui », diffusée par la chaîne privée Televen.

 

 

Dans la MUD, a-t-il dit, ce sont les secteurs violents qui détiennent le pouvoir, soutenus par le Gouvernement des Etats-Unis et par la Conférence Episcopale Vénézuélienne qui n'est ouvertement pas d'accord avec lePape François qui accompagne le processus de dialogue dans le pays.

 

 

Pour lui, les opposants manquent d'arguments tangibles pour refuser de discuter avec le Gouvernement du président Nicolás Maduro mais ils restent sur une position de boycott du processus de pacification réclamé par tout le peuple.

 

 

« Ils disent que les conditions ne sont pas réunies pour discuter alors que l'Exécutif manifeste toujours son intention de s'asseoir à la table de négociations et qu'un tel processus est précisément mis en place pour établir les termes du débat, » a-t-il signalé.

 

 

De même, il a critiqué les organisations d'opposition à la Révolution Bolivarienne parce qu'elles cherchent des résultats perceptibles à court terme comme si le dialogue qui a débuté le 30 octobre 2016 n'était pas un processus entre forces politiques diamétralement opposées qui a besoin de temps pour rendre viables des solutions consensuelles.

 

 

Il faut être naïfs pour croire qu'il s'agit d'une négociation facile de laquelle peuvent sortir des résultats immédiats.

 

 

D'autre part, il a signalé qu'à l'intérieur de la MUD, il existe des différends entre ceux qui cherchent à destituer le président de la République par n'importe quel moyen et une minorité qui veut coordonner des projets pour aider à résoudre le problèmes économiques du pays.

 

 

Peut-être faut-il que nous, les Vénézuéliens, nous nous tuions pour rendre le dialogue légitime comme unique voie de construction d'un pays meilleur, s'est-il demandé.

 

 

La seule possibilité de garantir la paix, la stabilité et le plein fonctionnement des institutions dans le pays est le dialogue et toute autre voie représente un risque énorme pour le Venezuela et pour la région, a déclaré l'analyste politique. Et la preuve en est qu'il ale soutien du peuple, du Pape François, de l'Union des Nations sud-américaines, de l'Union européenne, de l’Organisation des Etats américains et d'autres organismes internationaux, a-t-il affirmé.

 

 

Publié le par Bolivar Infos

 

 

Traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos

 

 

Source en espagnol :

http://www.cubadebate.cu/noticias/2017/01/29/advierten-que-oposicion-en-venezuela-teme-reaccion-de-sectores-radicales/#.WI7z_nd7QRE

 

 

URL de cet article :

http://bolivarinfos.over-blog.com/ 2017/01/venezuela-l-opposition-a-peur-des-reactions-des-secteurs-radicaux.html

Venezuela : L'opposition a peur des réactions des secteurs radicaux

Partager cet article

Repost 0