Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Par Françoise Lopez

 

Bravo pour votre émission « La matinale » du 16 novembre 2016 avec pour invitée Paula Vasquez (EHESS / CNRS). Le présentateur de cette émission a réussi le tour de force, non seulement de choisir une invitée sans aucune éthique mais de rassembler en quelques minutes les mensonges les plus éculés diffusés par l'opposition vénézuélienne.

 

Une seule invitée, bardée de titres qui lui donnent aux yeux des auditeurs, une certaine autorité, qui se gargarise de mots et répète jusqu'à plus soif un certain nombre d'expressions à connotation négative (« effondrement », « épave », « désordre absolu », « régime », « corruption », « inefficacité » etc...) sans apporter la moindre preuve de ce qu'elle avance. Elle est anthropologue, nous dit-on... ses affirmations gratuites (« on considère ») et malintentionnées ne me semblent pas dignes d'un travail d'anthropologie sérieux. Elle dit plusieurs fois « à ce que j'ai vu » mais où ? Puisqu'elle parle du Venezuela et qu'elle est en France... ? Et au mieux, quand ?

 

La seule source citée au cours de cette émission, c'est « The New Yorker »... un journal états-unien. Mais au fond, quoi de plus normal puisque, nous dit Paula Vasquez, « il n'y a plus de presse libre au Venezuela, tout est contrôlé par le Gouvernement ! » Quand on s'informe sérieusement sur le Venezuela, ce qu'on apprend, en tout cas, c'est que 60% de la presse est aux mains de l'opposition. La voilà, la réalité...

 

Les explications qu'elle donne du report (et non « annulation ») du referendum révocatoire

et de l'échec du procès politique voulu par l'Assemblée Nationale contre le Président Nicolas Maduro sont toutes erronées. Je ne me lancerai pas dans une correction de ces explications, ce serait trop long mais cela aussi, c'est un tour de force : trouver à chaque chose une explication qui soit défavorable au Gouvernement (même au dialogue instauré par celui-ci et où la MUD n'a accepté finalement de se rendre que contrainte et forcée par l'échec de ses dernières actions) légitimement élu du Président Nicolas Maduro, qu'elle qualifie plusieurs fois de « dictateur »... Finalement, c'est le discours habituel sur le Venezuela qu'on entend sur les chaînes de radio et de télévision publiques françaises.

 

Alors je me pose une question : n'y a-t-il pas à Paris un seul Vénézuélien qui aurait pu être invité à cette émission et faire entendre un autre son de cloche que les manipulations de la MUD ? On en a assez d'entendre ces idioties haineuses et mensongères. Et Il me semble bien qu'il existe une ambassade de la République Bolivarienne du Venezuela en France que vous pourriez envisager d'inviter de temps en temps pour que les Français sachent au moins ce que dit le Gouvernement sur lequel vos invités tirent à boulets rouges. Ce serait la manifestation d'un minimum d'éthique journalistique... et c'est, en tout cas, le devoir du service public de donner une information non viciée...

 

Publié le par Bolivar Infos

 

Françoise Lopez

 

Présidente de Solidarité Bolivarienne

 

NOTE:

Message posté sur le site du Médiateur le 22 novembre 2016

URL de cet article:

http://Venezuela: Au médiateur de Radio France sur l'émission du 16 novembre 2016 

Au médiateur de Radio France sur l'émission du 16 novembre 2016

Partager cet article

Repost 0