Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Venezuela : Les résultats du 1er septembre en 11 clefs

Les événements du 1° septembre au Venezuela ont produit certaines situations que nous pouvons considérer comme des résultats. Certains pourraient être considérés comme prévus, conformes au déroulement des événements pendant les jours et les heures précédant les rendez-vous que le chavisme et l'opposition avaient à cette date à Caracas. Leur compréhension est essentielle pour la suite des événements et pour la gestion politique de cette situation.

1.Le chavisme et l'opposition ont tous deux appelé à la mobilisation. L'opposition a réussi une grande mobilisation après des années pendant lesquelles elle n'a rien fait. Etant donné le résultat des élections du 6 décembre, nul doute qu'elle a des partisans. Mais le chavisme, contrairement à de nombreux pronostics, a fait le plein sur tout le territoire national les jours précédents et le 1° septembre, en ayant convoqué la manifestation seulement 48 heures avant, a rempli à craquer le joyau de la couronne, l'avenue Bolívar de Caracas. On a l'habitude, à Caracas, de mesurer le nombre des participants, et on pourrait considérer que les 2 sont à égalité mais la victoire en qualité revient au chavisme.

2.La droite est restée confinée dans ses endroits habituels de l'est de Caracas. Pour éviter des affrontements avec le chavisme et des attaques d'édifices publics comme ces dernières années, en particulier lors des guarimbas de 2014, on ne lui a pas permis d'entrer dans la municipalité Libertador bien qu'elle ait menacé de le faire sans autorisation dans ce but. La force publique, en contrôlant l'espace-territoire, a contenu les attaques d'institutions, contre les biens et les personnes tout en gardant éloignées les concentrations pour éviter les tentations de choc, en particulier celles soulevées auparavant par le discours de l'opposition.

3.De nombreux détonateurs ont été désactivés avant le 1° septembre. Yon Goicochea et Carlos Melo ont été arrêtés avec des explosifs comme les 92 paramilitaires colombiens découverts à Catia. Il y a eu des zones prises par des membres de la police préventivement et cela a empêché les affrontements. Les actions ont été coordonnées et multiples. Le déploiement des mesures préventives a été totalement efficace. Cela a sauvé des vies bien que beaucoup ne le voient pas encore.

4.La MUD a totalement déformé le but politique de sa convocation. Le referendum révocatoire n'a pas été le sujet. Les carrières présidentielles de Capriles et de Ramos Allup ont déformé le sens de tout car une « protestation » est différente d'un « acte politique ». Ces bagarres internes pour le micro et le discours final ont fini par placer Chúo Torrealba sur le podium. L'annonce publique de la candidature aux présentielles de Ramos Allup a été différée (bien que les candidatures ne soient pas encore ouvertes). Et cette diatribe a été différée par le panier de crabes qu'est la MUD à portes closes.

5.Le discours de Chúo a été erratique, perturbé, dispersé. L'acte n'a duré qu'une heure au total et s'est achevé par une autre convocation, avec des casseroles, à 8 heures du soir. Le résultat au cœur de la protestation (qui n'a pas été une protestation) a finalement été une déception. Les partisans de la droite attendaient autre chose : des actions coordonnées et immédiates pour tordre encore le bras au Gouvernement. « Aller à Miraflores », « en finir avec Maduro le 1° septembre », « Obliger le CNE à faire le referendum révocatoire maintenant » sont des objectifs non atteints et des anxiétés non satisfaites.

6.Le gouvernement a démantelé une grande partie de l'appareillage de violence mis en place, a désarmé (littéralement) le MUD. Envoyer les gens taper sur des casseroles chez eux n' a pas plu à beaucoup de partisans qui avaient été soumis pendant des mois à un discours plein de violence. Les opposants les ont invités à marcher en utilisant la glorification de l'affrontement avec triomphalisme, en leur promettant la revanche comme stimulant et en leur promettant des résultats immédiats. A écouter Chúo, désarmé, la déception s'est imposée.

Pratiquement, ils n'ont absolument rien obtenu.

7.Beaucoup de partisans de la droite, rendus totalement fous par la propagande violente et intoxicante du fascisme ne sont pas allé chez eux taper sur des casseroles. Il s'ensuit que les violences prévues pour les jours prochains sont hautement probables. Certainement les « lieux historiques » de la droite dans beaucoup de villes ou des sites emblématiques des guarimbas de 2014 vont à nouveau être des lieux de violence. Volonté Populaire est un agent hautement actif dans ce second ordre du jour. A Táchira, Altamira, Las Mercedes, des guarimbas ont eu lieu à seulement quelques heures de la fin du rendez-vous de Caracas.

La manifestation avec les casseroles a eu lieu à 8 heures du soir. Elle a été courte, éphémère. Elle n'a apporté aucun résultat concret pour la droite et ses objectifs rendus publics avec véhémence.

8.L'opposition a fait quelque chose le 1° septembre : elle a commencé avec toutes ses forces et en utilisant ses plus grandes forces, elle n'a rien obtenu. Pratiquement, ils n'ont absolument rien obtenu. Ce que je veux dire, c'est qu'ils peuvent difficilement faire rapidement une autre démonstration de force supérieure à celle-là. La rue en tant que moyen de pression n'a pas fonctionné selon les attentes, encore moins s'ils sont aiguillés vers la « non-violence » après qu'on les ait privés de leurs engins de mort.

9.Les opposants doivent se poser une question très courte et très simple : qu'a obtenu l'opposition, le 1° septembre, en réalité ? C'est une question cruciale, face à toutes les offres qu'on leur a faites pour qu'ils se mobilisent à Caracas. Maduro, de l'avenue Bolívar a envoyé un salut « de respect, en tant que Vénézuéliens qu'ils sont» à tous les partisans de la droite qui s'étaient rassemblés. Beaucoup d'entre nous doivent abonder dans le sens de ce salut parce que, malgré les embrouillamini, les sabotages et les différences de vision, parmi ces compatriotes, il y avait beaucoup de braves gens que, par imprudence, on n 'a pas respectés.. Des promesses comme « ne pas quitter Caracas tant que Maduro n'aura pas démissionné », « tordre le bras au Gouvernement », « le 1°, Maduro tombe », « aller à Miraflores », « la bataille finale », « obliger le CNE à organiser le referendum révocatoire cette année », ont été des offres trompeuses, des anxiétés, des promesses de triomphe qui n'ont pas abouti.

Des promesses dont la MUD savait qu'elles ne seraient pas tenues mais qui ont amené du monde. Ils les ont empoisonnés, ils les ont médiatisés et même ils les ont encouragés pour ensuite les conduire à la déception.

10.Les opposants doivent admettre aussi que la création de fausses attentes est un vieux problème que sa direction a affronté de façon complètement irresponsable. Depuis 17 ans, c'est la même chose. Ils devraient s’assurer en tant que gens sérieux et les empêcher de se moquer d'eux constamment. Le souvenir de « la dernière queue » devrait encore être frais dans leur esprit mais l'enchantement et la démagogie sont si puissants que les esprits faibles y sont sensibles, plus encore quand il s'agit d'une population qui pense avec l'estomac (et non avec la tête) après un insolent et scélérat sabotage par les entreprises de nos conditions de vie pendant ces années-là.

Les opposants, (comme les chavistes) ont souffert des attaques contre l'économie par ces "fils de pute" (comme Ramos Allup) imposée par l'élite qui veut prendre le pouvoir depuis qu'elle l'a perdu il y a 17 ans. Ces opposants ont des inquiétudes. Ils ont des besoins. Mais en étant aussi ouvertement orientés vers les buts personnels de la MUD, le fait que pour la MUD, l'important, ce ne sont pas les gens mais le pouvoir, ses quotas, son rôle, se révèle au grand jour.

Pratiquement, concrètement, réellement, la seule chose qu'a réussi la MUD, a été de se moquer des gens. Ceux qui avaient des raisons pour le faire mais qui sont sortis innocemment pour marcher n'ont rien obtenu de ce qu'ils leur avaient promis et qu'ils voulaient obtenir. Ou oui, il sont obtenu quelque chose. Ils ont obtenu d'être la toile de fond pour que Chúo, Ramos Allup et Capriles soient pris en photo.

11.Sur le front extérieur où on pensait que toutes les pressions seraient faites sur le gouvernement vénézuélien, les déclarations sont encore faibles et tièdes. Ils soutiennent seulement la propagande de la MUD de la grande mobilisation et relancent la rhétorique disant que « le referendum révocatoire doit avoir leu cette année ». S'ils ouvraient la voie à de nouvelles actions coercitives, ce sera pour voir. Mais le résultat politique ponctuel est nul ou identique à des situations antérieures au 1° septembre. Il n'y a aucun élément significatif qui vienne de l'extérieur.

par Franco Vielma (Mission Vérité, 2 septembre 2016)

Publié le 6 Septembre 2016 par Bolivar Infos

traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos

Source en espagnol :

http://misionverdad.com/la-guerra-en-venezuela/los-resultados-del-1-de-septiembre-en-11-claves

URL de cet article :

http://bolivarinfos.over-blog.com/2016/09/venezuela-les-resultats-du-1-septembre-en-11-clefs.html

Venezuela : Les résultats du 1er septembre en 11 clefs

Partager cet article

Repost 0