Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dans des déclarations antérieures, nous avons alerté sur le changement radical de la politique étrangère que l’actuel chancelier Nin Novoa met en place, en franche contradiction avec les Bases du Programme du Troisième Gouvernement National du FA 2014 / 2020 où on propose d'impulser « des initiatives tendant au renforcement de la paix et à l'établissement d'un ordre mondial plus juste et équitable, de a défense de la souveraineté, une action anti-impérialiste et anticolonialiste résolue, une vocation de paix et la résolution pacifique des conflits entre Etats, le rejet de tout type d'action terroriste, en particulier du terrorisme d'Etat, la consolidation de mécanismes qui empêchent toute ingérence étrangère dans les affaires intérieures d'un pays... »

Comme nous l'avons dénoncé dans nos communiqués précédents, Nin Novoa a pris ouvertement parti pour l'opposition dans le conflit vénézuélien en se joignant aux gouvernements de droite du continent dirigés par les Etats-Unis dans la demande d'appliquer la Charte Démocratique de la tristement célèbre OEA au Venezuela.

En ce sens, le chancelier Nin Novoa a aligné la politique étrangère de l' Uruguay sur « l'Opération Venezuela Freedom-22 » du Commando Sud des Etats-Unis que nous avons dénoncée au moment opportun mais dont il faut rappeler l'un des paragraphes qui ne laisse aucun doute : « Sur le plan international, il faut insister sur l'application (au Venezuela) de la Charte Démocratique comme nous l'avons décidé avec Luis Almagro Lemes, Secrétaire Général de l'OEA. »

A ce moment-là, le chancelier Nin Novoa, avec les chanceliers d'Argentine, du Chili et de Colombie, a lancé un appel à l'application de la « Charte Démocratique » de l'OEA contre le Venezuela, se joignant ainsi à l'opération interventionniste dirigée par le Commando Sud des Etats-Unis.

Comme nous l'avons dit dans notre communiqué précédent sous le titre « Le chancelier Nin Novoa, le Front Large et le Gouvernement face au problème du Venezuela à l'OEA », il est évident que le chancelier obéit aux ordres du Secrétaire Général de l'OEA et ex chancelier Luis Almagro qui, à son retour, reçoit et applique les orientations des intérêts politiques des Etats-Unis comme l'indique clairement le document cité du Commando Sud.

Nous avons observé cela en confrontant les positions du chancelier Nin Novoa avec les déclarations du Président Tabaré Vázquez qui sont sur une position totalement différente quand il a soutenu qu'au Venezuela, les conditions ne sont pas réunies pour que l'Organisation des Etats Américains (OEA) applique la Charte Démocratique, ajoutant, de plus, que « nous ne sommes pas non plus d'accord avec l'attitude du secrétaire général Luis Almagro. »

Le jeudi 11 août a circulé sur twitter un communiqué du Département d'Etat des Etats-Unis dans lequel on signale que 15 pays membres de l'OEA ont émis le mandat suivant :

« Nous lançons un appel aux autorités vénézuéliennes pour qu'elles garantissent les droits constitutionnels du peuple vénézuélien et accomplissent de façon claire, certaine et sans retard les étapes restantes pour mettre en place le Referendum Révocatoire du Président et qu'elles contribuent ainsi à résoudre rapidement et efficacement les difficultés politiques, sociales et économiques actuelles de ce pays. »

Les pays qui ont signé ce texte sont : l'Argentine, Belize, le Brésil, le Canada, le Chili, la Colombie, le Costa Rica, le Guatemala, le Honduras, le Mexique, le Panamá, le Paraguay, le Pérou, les Etats Unis et l'Uruguay.

Cette déclaration, en effet, fait partie de la controffensive oligarchique et impérialiste qui cherche à en finir avec le projet d'autonomie, d'intégration et anti-néolibéral mis en place par les gouvernements progressistes de Notre Amérique. Pour concrétiser leur plan stratégique, ils ont employé toutes les méthodes légales et illégales, même celle des guerres médiatiques, économiques et les interventions directes comme les tentatives de coup d'Etat au Venezuela en 2002, en Bolivie en 2008, en Equateur en 2010 et celui qui se déroule en ce moment au Brésil contre Dilma Rouseff, organisé par les mafias corrompues qui dominent le Congrès de ce pays, le gouvernement usurpateur de Temer étant l'un des signataires de cette déclaration conjointe.

Nous posons à nouveau la question : Comment pouvons-nous comprendre la position de la chancellerie de l'Uruguay qui s'aligne à nouveau sur les gouvernements de droite du continent dans ses conspirations d'ingérence dans les affaires intérieures d'un pays frère ? Qui s'oppose ouvertement aux déclarations du président Tabaré Vázquez lui-même et du Bureau Politique National du FA ? Qu'est-ce qui ou qui soutient le chancelier Nin Novoa et lui indique la ligne à suivre ? Serait-ce que, pour l'usage intérieur, on dit une chose et on en fait une autre ?

Groupe des membres du Front Large de l'UR

Source en espagnol :

http://www.resumenlatinoamericano.org/2016/08/16/uruguay-firma-con-la-derecha-declaracion-conjunta-de-15-paises-de-la-oea-hasta-cuando/

Traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos:

http://bolivarinfos.over-blog.com/2016/08/venezuela-communique-de-l-oea-16-aout-2016.html

 Venezuela : communiqué de l'OEA, 16 août 2016

Partager cet article

Repost 0