Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Telesur, 9 juin 2016

traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos

Des protestations, des troubles et des pillages sont le nouveau modus operandi appliqué dans diverses zones du pays pour provoquer le chaos, surtout dans les zones très peuplées et qui comportent de nombreux commerces.

Différentes stratégies ont été appliquées au Venezuela pour organiser des pillages, des troubles et des protestations dans diverses zones du pays. Certaines de ces stratégies sont directement mises en œuvre par des dirigeants politiques du parti d'opposition Volonté Populaire.

Ces derniers jours, ont a enregistré des foyers de violence dans des protestations et des pillages dans certaines villes vénézuéliennes destinées à exciter l'opinion publique avec cdes images qui prétendent montrer que le Venezuela « a besoin » d'une intervention pour « raisons humanitaires ».

Ces violences sont largement diffusées sur les réseaux sociaux et utilisées pour faire croire que les gens ne mangent pas à leur faim et pour stigmatiser les Comités Locaux d'Approvisionnement et de Distribution (CLAP), un système crée dans l'urgence parle Gouvernement pour distribuer directement au peuple (sans intermédiaires) les produits subventionnés.

Actuellmeent, la droite parie sur le chaos total comme l'a dénoncé le président Nicolás Maduro, en montrant un scénario de conflit pour l'accès aux aliments soit par la voie de l'exacerbation de leur détournement vers les mafias de la contrebande et vers le secteur commercial ou par la simplification des schémas de distribution pour augmenter les queues dans les centres d'approvisionnement de moyenne et de grande taille.

Trois exemples de pillages sélectifs

  1. Les rationnements du service électrique appliqués par le Gouvernement fin avril ont été mis à profit dans l'état de Zulia (occident) dans les municipalités de Maracaibo et San Francisco pour organiser des pillages dans 70 locaux. Selon le gouverneur de l'état Francisco Arias Cárdenas, plus de 80 personnes impliquées dans les pillages de locaux contenant des aliments, du matériel électro-ménager, des produits cosmétiques, dans des pillages de pharmacies et de magasins de vêtements ont été arrêtées.

C'est un dirigeant du parti d'opposition Volonté Populaire qui a financé ces pillages. Un de ceux qui ont été arrêtés dans la journée a assuré que Lester Toledo (député régional dans l'état de Zulia et dirigeant de Volonté Populaire) et d'autres partis de celle qui s'intitule elle-même Table de l'Unité Démocratique (MUD) payaient entre 50 000 et 60 000 bolivars par personne (environ 100 000 $) pour organiser ces violences, a indiqué le ministre de l'Intérieur, de la Justice et de la Paix M/G Gustavo González López.

  1. Quand les étudiants de l'Université des Andes (ULA) à Mérida ont commencé une protestation le 9 mai dernier pour exiger du Gouvernement national des aliments pour les cantines mais cette exigence s'est étendue jusqu'au 10 mai, jour où un commerce a été pillé dans le centre de Mérida. Ce qui est curieux, c'est que ce n'est pas un magasin d'aliments qui a été pillé mais "Mega Blumer", un commerce de sous-vêtements.

La police a saisi sur 5 hommes arrêtés des caisses de sous-vêtements pour hommes et pour femmes et des sous-vêtements dépareillés, des musettes, des jambières, des collants de sport, des T-shirts et la liste des points de vente.

3. Ce jeudi, a été diffusée à Caracas la nouvelle du pillage qui a eu lieu à Petare, un quartier de la municipalité de Sucre de l'état de Miranda (centre) où un camion a été attaqué à midi et un autre dans le quartier urbain de La Urbina de cette même municipalité lorsqu'un groupe est entré dans la boulangerie “Duri” pour emporter une série d'articles.

La correspondante de teleSUR, Madelein García a interviewé un employé de la boulangerie qui a assuré que les individus ont volé la caisse enregistreuse et l'argent de la boulangerie mais qu'ils n'ont pris aucune sorte de nourriture.

Toutes ces tactiques se vendent à l'étranger dans le cadre d'un dossier pour criminaliser l'Etat vénézuélien grâce aux droits de l'homme et montrer qu'il y a des pillages au Venezuela parce qu'il y a la faim mais on a démontré que ces pillages sont financés par des agents de la droite locale en même temps que des actes de vandalisme parce que dans les locaux pillés se trouvait l'argent mais pas la nourriture.

La crise humanitaire est un sujet que traitent quotidiennement les médias avec des informations sur des violences liées à des protestations citoyennes et spontanées de façon que cela soit vu comme quelque chose de régulier dans la vie quotidienne du pays.

L'annalyste politique international Jesús Ernesto Parra a expliqué à teleSUR qu'il s'agit d'une campagne médiatique internationale pour aiguiser la guerre économique qui « cherche à provoquer dans l'environnement visible du peuple vénézuélien une anxiété capable d'amener le point de masse critique1, l'anxiété et l'angoisse ».

NOTE:

1La masse critique est, en sociologie, la quantité minimale de personnes nécessaires pour qu'un phénomène concret puisse se réaliser.

Source en espagnol :

http://www.telesurtv.net/news/Saqueos-en-Venezuela-tactica-de-la-derecha-para-crear-caos-20160609-0059.html

URL de cet article :

http://bolivarinfos.over-blog.com/2016/06/venezuela-le-pillage-une-tactique-de-la-droite-pour-creer-le-chaos.html

Venezuela: Le pillage, une tactique de la droite pour créer le chaos

Partager cet article

Repost 0