Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

traduction Françoise Lopez

Caracas, 6 décembre AVN - Le 6 décembre 1998, ont eu lieu les élections présidentielles au Venezuela, au cours desquelles le peuple élit Hugo Chavez avec 56,20% des voix, dépassant largement ses opposants: Henrique Salas Römer (39,97%) et Irene Saez (2,82%).

Au milieu de 1997, Chavez n'atteignait pas même à 10% des intentions de vote mais avant et pendant la campagne présidentielle, ce panorama électoral changea et le peuple vénézuélien allait commencer à écrire une nouvelle histoire, une histoire vraiment révolutionnaire, différente du système néo-libéral qui prédomina pendant 40 ans dans le pays, avec AD et COPEI alternativement au pouvoir.

De façon accélérée, le candidat originaire de Sabaneta, Barinas, commence à réunir le peuple. Dans chaque communauté, dans chaque maison, dans chaque état et dans chaque quartier, le soutien à Chavez augmente. Au début, les candidats néo-libéraux ne le percevaient pas comme une menace. Même Irene Saez, une ex reine de beauté, qui était le plus haut dans les sondages.

Avec Chavez, le peuple commande. Avec ce message et la proposition d'une Assemblée Constituante, Chavez a commencé à parcourir le pays. La foule était de plus en plus nombreuse à ses meetings. Des bérets rouges et le béret national tricolore étaient vus dans ces fleuves de personnes.

Six mois après le début de la campagne, Chavez avait 51,6% d'intentions de vote. La popularité d'Irene Saez s'écroulait: 15 jours avant les élections, le COPEI (le parti qui la soutenait), l'abandonna à son sort. Action Démocratique fit la même chose avec son candidat, Salas Römer, pour essayer de maintenir la bourgeoisie à la présidence d ela République.

Mais ils n'y parvinrent pas. Le leader de la rébellion civico-militaire du 4 février fut le gagnant de ce conflit. Le peuple, transformé en ouragan bolivarien, a infligé une déroute historique au bipartisme néo-libéral adéco-copéien, qui s'est écroulé après avoir plongé les plus humbles dans la misère, l'exclusion et la négligence.

Les élections présidentielles de 1998 furent le commencement d'une Révolution dans laquelle le peuple est véritablement arrivé au pouvoir et le Venezuela a commencé à suivre la voie de la participation populaire, de l'inclusion et de la justice sociale. Il a commencé à écrire lui-même, comme l'a dit Chavez, "une histoire indélébile".

Le 2 février 1999, Chavez a pris ses fonctions de Président avec un serment qui marquait le début d'un profond processus de changement: "Je jure devant Dieu, je jure devant la Patrie, je jure devant mon peuple que, sur cette Constitution moribonde (1961), j'impulserai les transformations démocratiques nécessaires pour que la nouvelle République ait une grande charte convenant aux temps nouveaux! Je le jure!"

Aujourd'hui, à 16 ans de cette épopée historique, le peuple continue de vaincre aujourd'hui avec le premier président chaviste, Nicolas Maduro, pour approfondir l'héritage d'inclusion, de souveraineté et de révolution laissé par le Commandant Chavez.

source en espagnol:

http://www.avn.info.ve/contenido/hace-16-años-hurarán-bolivariano-sepultó-al-

URL de cet article:

http://cubasifranceprovence.over-blog.com/2014/12/venezuela-il-y-a-16-ans-un-ouragan-bolivairen-enterra-le-bipartisme-neo-liberal.html

IL Y A 16 ANS, UN OURAGAN BOLIVAIREN ENTERRAIT LE BIPARTISME NEO-LIBERAL
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :